L’expert TMA — professionnalité

  1. la rétroaction concernant les analyses TMA se fait toujours par une personne qui est certifiée pour cela (ce que l’on nomme un « expert TMA ») ;
  2. les experts TMA sont consignés dans le registre TMA ;
  3. la certification des experts passe par une formation complète à la certification, à valider avec succès et qui seront suivies de sessions périodiques de rafraichissement/intervision ;
  4. en outre, pour conserver la certification, des entretiens de rétroaction doivent avoir lieu chaque année, et ce en nombre largement suffisant (nous pensons ici à un minimum de 10 entretiens — le but étant d’entretenir l’aptitude à la rétroaction) ;
  5. enfin, l’expert TMA s’astreint à travailler selon ce code déontologique.

 

Les comptes rendus TMA — confidentialité

  1. les comptes rendus TMA sont la propriété du candidat : ces comptes rendus ne sont pas enregistrés dans le dossier du personnel, même si le candidat en fait lui-même la demande, et ce en raison de possibles mauvaises interprétations des données par des tiers ;
  2. les comptes rendus sont exclusivement utilisés pour l’objectif convenu avec le candidat ;
  3. lorsqu’un employé, pour une raison ou une autre, émet une objection à ce que les comptes rendus aillent à son cadre dirigeant, alors cela ne se fera pas — lorsque la TMA a eu lieu à la demande du cadre dirigeant, l’employé doit évidemment une explication au cadre dirigeant... ;
  4. toutes les données et comptes rendus individuels sont supprimés de nos fichiers :
  • 3 ans après avoir fait la TMA
  • lorsque l’employé quitte l’entreprise
  • sur requête spéciale

 

Intégrité

  1. L’expert TMA applique les normes, valeurs et règles relationnelles s’appliquant à la fonction et à la culture de notre entreprise. Cela comprend entre autres :
  • qu’il ou elle protège toute information confidentielle ;
  • qu’il ou elle ne soit pas susceptible d’agissements frauduleux ;
  • qu’il ou elle traite toute personne avec équité et respect et ne fasse aucune distinction ;
  • qu’il ou elle demande l’autorisation explicite pour partager des informations avec des tiers (lorsque le cas se présente).